Flux RSS

Archives de Tag: genre

Demander le sexe d’un enfant : que fait le gouvernement ?

anges

Vous en êtes-vous rendu compte ? Chaque jour, dans les maternités, dans les hôpitaux, dans les cabinets des gynéco, dans les bureaux des personnes chargées de l’adoption, la stigmatisation guette. Pire : la liberté des individus est mise en balance sous l’égide dictatoriale de l’égoïsme parental.

– « Comment  ?  » me direz-vous ?

Hé bien, lorsque des parents demandent le sexe de l’enfant, déjà ils commencent violer sa conscience et sa liberté de choisir. Déjà ils lui imposent leur envie sur son genre, sur son avenir, sur sa vie.

Ah si, vous avez bien lu. Relisez la théorie du genre que vos marmots apprennent à l’école tous les jours, ouvrez vos manuels scolaires, et ouvrez les yeux.

Ce bébé n’est pas né que vous lui imaginez déjà de grandes couettes, des poupées, ou le train électrique de ses 5 ans et sa panoplie de Zorro.

Et l’adoption ? Vous savez que les futurs parents vont choisir en fonction du sexe ? Mais quelle abomination.

Non, il n’y a pas de doute, il est impossible que le Gouvernement ne dépose pas un projet de loi, tel que celui-ci :

Cliquez sur l’image pour voir le texte complet

MINFAM696

Article 1

Le diagnostic médical permettant d’établir le sexe de l’embryon est réservé à un usage médical et afin d’éviter la transmission à l’enfant d’une maladie d’une particulière gravité, dans le cadre des procréations directes ou indirectes. La communication de l’information de sexe en dehors d’une détection de pathologie détectée est donc interdite.

Article 2

Dans le cadre des procédures d’adoption, la mention du sexe de l’enfant ne doit pas être mentionné dans les formalités d’inscription et de recherche déclarées par les futurs parents. Le sexe, le prénom et la photo de l’enfant ne pourront être communiqués aux demandeurs qu’après une première acceptation de la procédure d’adoption d’un enfant identifié par ceux-ci.

Article 3

Tout personnel ayant accès à l’information de sexe de l’embryon ou de l’enfant,contrevenant aux articles 1 et 2 s’expose à des poursuites judiciaires, et est passible de six mille euros d’amende et de six mois d’emprisonnement.

 

Bien sûr, tout ceci n’est que fiction : mais le croyez-vous réellement ? C’est tout de même connu que les anges n’ont pas de sexe. Ont-ils un genre ?